dessins

"Fenêtre sur cour" - encres sur papier - 17 x 30 cm.

Série de dessins réalisés au 6 rue Voltaire à Grenoble du 17 mars au 11 mai 2020.

Sous ma fenêtre mes voisins
ont pris possession d’un espace,
celui d’un banc,
celui d’une cour.


Sur un format étroit,
ils sont entrés dans la page.
Le blanc s’est imposé entre eux,
le vide comme un personnage.


Un oeil sur de nouvelles
habitudes et postures,
la fluidité de l’encre pour saisir
cette vie en vase clos.



Exposition "Présences - Art Numérique, Arts Plastiques"

Court-métrage réalisé par Stephan Poulle (2019)

 

13 sept. - 30 oct. 2019, Château de la Veyrie, Bernin (38)
Le château de La Veyrie, ancienne demeure de l'industriel Charles Albert Keller, est un lieu atyp
ique, vieille demeure abandonnée qui héberge depuis quelques années des évènements d'art contemporain. L'édition 2019, sous le commissariat d'exposition de Gilles Fourneris, arpente les voies de la création numérique actuelle en résonance avec des peintures, dessins et photographies. Une quinzaine d'artistes investissent les différents espaces de ce lieu chargé d'histoire et porteur d'imaginaire.

 

« Archéologie d’une présence » - Fresque murale - Crayon graphite et acrylique sur papier non-tissé - 3,70 m x 3 m

 

Fortement impressionnée par l'épaisseur des vies qui émane des murs de la cuisine, émue par l'abandon des lieux et leur dégradation inexorable, j'ai entrepris de garder trace de cette mémoire par un travail in situ.  

En occultant tout un pan de mur je choisis de faire remonter à la surface des fragments de mur réels ou fictifs, minutieusement, comme un travail de fouilles archéologiques.

Dessiner en noir et blanc me permet de garder une distance avec le réel. L'écran blanc devient une surface de dialogue entre réalité et fiction, il devient corps, entrailles, avec son réseau sanguin de fils. Il convoque des souvenirs, celui d'une mouche les bras en croix, celui d'un chauffe-eau en lévitation ou celui d'un corps flottant en apesanteur.

« Empreintes » - série d'encres sur polyester - 60 x 52 cm

 

Je me suis intéressée à l’évier, lieu de souillures, de frottements et de vécus, j’en ai fait le dessin précis qui est devenu matrice, surface de re-création.

Utilisant pour peindre les objets usuels : éponge, brosse, paille de fer, j’ai démultiplié l’évier en petits théâtres de composition abstraites. De ces taches sont réapparues en surface des présences, des images, celle parfois de l’ancien propriétaire des lieux, Charles-Albert Keller.

J’ai joué de cette frontière entre abstraction et figure, quand la limite ne tient qu’à une tache, qu’à une mouche.


Esquisses - Encres

Série "Immersions" - huile sur papier - 30 x 30 cm

 
Dessins réalisés in situ en résonance avec l'oeuvre de réalité virtuelle LILI du Collectif Or NOrmes, lecture immersive du texte de Duras.


Série "Nocturnes" -  dessin creusé sur papier enduit - 70 x 102 cm


Croquis rapides faits sur le vif - encre sépia et sang

Cette série a été réalisée lors d'une séance de découpe d'un cochon dans le Sud-Ouest.



Série "Brumes " - aquarelles - 60 x 40 cm et 40 x 40 cm

 

Salon régional de l'Aquarelle de Saint Egrève (38) avril 2019

J’ai cherché à traduire des ambiances de brumes, de lumière tenue, de visions imprécises, en privilégiant un travail de l’eau aléatoire sur celui du dessin.

L’utilisation de couleurs opaques m’a permis d’accentuer ces effets de brouillard. 

Le choix des couleurs est limité pour exprimer l’atténuation des teintes par la brume et pour répondre à ces ambiances ouatées, silencieuses, déshumanisées. 

Les teintes, essentiellement caput mortuum et vert de cobalt s’annulent lorsqu’elles se mixent sur le papier. Elles produisent des gris, fabriquant ainsi une absence de couleur.