peintures

(cliquer sur une image pour voir la série)
 

Exposition Présences - Art Numérique, Arts Plastiques

13 sept. - 30 oct. 2019, Château de la Veyrie, Bernin (38)

Le château de La Veyrie, ancienne demeure de l'industriel Charles Albert Keller, est un lieu atypique, et abandonné qui héberge depuis quelques années des évènements d'art contemporain. L'édition 2019, sous le commissariat d'exposition de Gilles Fourneris, arpente les voies de la création numérique actuelle en résonance avec des peintures, dessins et photographies. Une quinzaine d'artistes investissent les différents espaces de ce lieu chargé d'histoire et porteur d'imaginaire.

 

Paysages d’un huis clos, d’après le texte de Marguerite Duras :
« La maladie de la mort » - huile sur toile - 100 x 73 cm

J’ai extrait du texte de Marguerite Duras « La maladie de la mort » tous les mots qui évoquent le paysage extérieur à la chambre. L’auteur décrit une mer noire, le vent, l’orage, une lumière décolorée…

Etrangement ces éléments extérieurs incarnent le huis clos de la chambre : la mer, l’ourlet des vagues sont autant de métaphore du corps de la femme, des plis et replis intimes de sa chair. Et par son irréalité, le cramoisi d’Alizarine devient menace


Série "Immersions", d’après le texte de Marguerite Duras :

« La maladie de la mort » - huile sur papier - 30 x 30 cm

Dessins réalisés in situ en résonance avec l'oeuvre de réalité virtuelle LILI du Collectif or Normes, lecture immersive du texte de Duras.


Salon des Amis des Arts de Grenoble - avril 2019

Ancien musée de peinture, place de Verdun, Grenoble

1er Prix Peinture.

http://amisdesartsgrenoble.free.fr/salon.htm


Exposition - Les dormeurs - juin 2018, Corenc (38)

Les dormeurs éblouis par le soleil ou à l’ombre d’un arbre nous entraînent dans leur rêverie. Le temps est suspendu.

Les corps flottent, deviennent plus légers, les tissus sur lesquels ils sont couchés se gonflent d’air et deviennent tapis volants.

L’esprit peut alors s’échapper des corps et vagabonder dans un espace de couleurs et de vibrations, goûter au repos de l’être.

La rêverie adoucit les souvenirs, favorise l’harmonie du rêveur avec le monde et libère son imaginaire.


Exposition chez "Violette et François" - déc. 2016 / mars 2017

Exposition chez "Violette et François" à Boulogne-Billancourt

Violette et François - 38 Rue d'Aguesseau - 92100 Boulogne-Billancourt



" Reviviscence " - octobre 2016 - Espace Berthelot Lyon 7ème (69)

Un matin j’ai ouvert de vieux albums photos, j’ai visionné d’anciennes diapositives et toute une vie m’est apparue. Ces vieux clichés sont venus me chercher, m’ont emmenés sur les chemins de l’enfance, de la jeunesse de mes parents, m’ont fait voyager dans le temps et inconsciemment m’ont poussé à peindre... 

Sur la toile, j’ai voulu attraper ce temps qui passe, fixer ces instants de bonheur, ces parfums de vie.

Commence alors pour moi un travail de ré-animation des clichés : capter leur atmosphère, raviver les couleurs, retrouver le mouvement des personnages, leur présence. La peinture me permet d’étirer le temps autour d’un instant.

Ces peintures sont la trace d’un souvenir, l’empreinte colorée de la mémoire. La touche floue et vibrante me permet de suggérer sans trop fermer le regard.

Quelles sont les images mouvantes qui nous restent en mémoire d’une personne disparue ? Quelle image garder d’un moment où j’étais en présence d’un paysage ?

« Quelque chose n’est plus, dont il reste cette présence »

Mais il s’agit aussi d’un dialogue. Ces images ont un caractère universel : une complicité mère enfant, des enfants qui jouent… Ainsi elles renvoient le spectateur à sa propre enfance, à son histoire et provoquent en lui, je l’espère, des réminiscences.

J’aime les photos où les personnes ne posent pas devant l’objectif et sont dans l’action. Et j’aime aussi quand l’une d’elles nous regarde et nous interpelle.

Je souhaite que ces moments de vie soient hors du temps et présents par leurs couleurs vivantes et pétillantes.

Ils n’expriment pas la nostalgie d’un temps révolu mais sont la vie !



" Réminiscences " - juin 2014 - Espace Berthelot Lyon 7ème (69)


Je me suis intéressée à la différence entre souvenir et réminiscence.

"Souvenir de garage", "Souvenir de cuisine", sont un peu les "Je me souviens" de Georges Perec où il énumère toutes sortes de souvenirs personnels très précis. Comme lui j'ai voulu matérialiser certains de mes souvenirs.

Avec "Réminiscences" et "Eblouissement", l'image est plus floue. Ce n'est plus un souvenir précis mais une image qui remonte à la surface qui traduit une impression fugitive, comme la rémanence visuelle d'un instant vécu.





15ème Festival Arts et Vignes - août 2009 - Châtillon en Diois (26)
Visiter l'exposition